Toast of Tinseltown, BBC

Matt Berry est connu des spectateurs français et nord-américains pour ses doublages de personnages de dessins animés ou de créatures fantastiques et futuristes. Il incarne ainsi le vaniteux Prince Merkimer transformé en cochon ridicule dans Disenchantment, la dernière série de Matt Groening et il est aussi le droïde protocolaire 8D8 dans The Book of Boba Fett. Mais pour les sujets de sa gracieuse majesté et les anglophiles, il est presque devenu une institution et un monument culturels. Matt Berry s’est d’abord fait connaître au début des années 2000 avec deux rôles de gros beaufs, le PDG de la boîte informatique représentée dans la série geek et culte The It Crowd, et aussi le médecin séducteur du loufoque Garth Marenghi’s Darkplace, parodie matinée de SF des soap opera à succès se déroulant dans un hôpital (Urgences…)

Dans ses deux séries, Berry se promenait la chemise largement ouverte sur son poitrail velu, à l’affût de la moindre femelle, quasiment toujours en rut. Mais, à moindre d’être un parfait imbécile, impossible de ne pas remarquer l’immense talent de cet artiste protéiforme qui a également signé plusieurs albums psychédéliques pour le label Acid Jazz Records et dont certaines compositions (notamment le titre générique de la série Toast of London) sont enseignées à l’université au Royaume-Uni.

Douglas Reynholm, le PDG, dans The IT Crowd.

Qu’il soit physiquement présent à l’écran ou seulement audible, Berry se révèle drôle et émouvant, jamais dupe des hypocrisies de notre temps, composant des personnages borderline, parfois lucides, toujours en complet décalage avec leur entourage. Avec sa création Toast of London (diffusée de 2012 à 2015), il délaisse les rôles d’hommes vaniteux avides de pouvoir et de conquêtes féminines (on songe aussi à l’explorateur bidon Dixon Bainbridge dans The Mighty Boosh) pour interpréter un double fictionnel pour lequel il a obtenu un BAFTA award.

Dixon Bainbridge dans The Mighty Boosh.

Dans cette série diffusée sur Channel 4, Steven Toast est acteur et doubleur. Depuis plusieurs années, il tente de percer au théâtre et au cinéma à Londres. Hélas, son agent ne lui dégote que des rôles peu gratifiants et to make ends meet, il doit aussi prêter sa voix à des publicités vantant des produits débiles.

Doon Mackichan interprète Jane Plough, l’agent très chic et inefficace de Steven Toast.

Réflexion mille-feuille et rôle palimpseste, Toast of London est une brillante satire du monde du spectacle. Peuplée de personnages surréalistes qui s’affrontent dans des situations complètement ubuesques, la série distord la normalité jusqu’à son utilisation du langage et surtout des noms des principaux personnages, Ray « Bloody » Purchase, sa nemesis, ou Clem Fandango, le hipster insupportable qui l’aiguillonne au studio d’enregistrement etc…

Tim Downie (à droite) est Danny Bear, Shazad Latif interprète lui, Clem Fandango. Ils sont aussi du voyage à LA.

Matt Berry a l’habitude des mises en abîmes, on pourrait même jusqu’à aller affirmer que toute sa carrière d’acteur est bâti sur ce principe. C’était d’ailleurs l’un des principaux ressorts de Garth Marenghi’s Darkplace mais dans Toast of Tinseltown, série commissionnée par la BBC après l’arrêt de Year of the Rabbit, Matt Berry semble littéralement prisonnier d’un ouroboros narratif, miroir de sa propre expérience comme acteur à Hollywood. D’abord, il y a la catchphrase (ligne de dialogue récurrente) : « Yeah, sure… » prononcé avec un degré divers d’incrédulité amusée lorsque Steven Toast explique être venu à Hollywood pour jouer dans le prochain Star Wars.

Or, l’acteur a bien joué dans The Book of Boba Fett de la franchise Star Wars mais la série n’a pas eu le succès critique escompté. Enfin, si Toast pensait avoir fui les fantômes du passé, ceux-ci sont également du voyage. Les deux responsables du studio d’enregistrement à LA ne sont autres que Danny Bear et Clem Fandango, ses employeurs à Londres et son ennemi juré, Ray Purchase, semble hanter les bars branchés de la cité des anges. Les fans se réjouiront du nombre incroyable de clins d’œil aux précédentes séries dans laquelle Matt Berry a joué. Matthew Holness, le créateur et acteur principal de Garth Marenghi’s Darkplace, incarne un professeur de théâtre, spécialisé dans l’enseignement des rôles de médecin. C’est comme si Hollywood n’était que le reflet inversé, en plus glamour et surtout dangereux tant pour l’équilibre mental que l’intégrité physique, de Londres.

Toast of Tinseltown est aussi un hommage à une certaine idée du divertissement et du cinéma. Orson Welles est toujours vivant et l’actrice Carmen, en dépit de sa vulgarité intrinsèque et des ses chansons rap affligeantes, ne peut que rappeler son homologue des années 1940 et 1950, l’exotique Carmen Miranda.

Pour rencontrer Orson Welles à Hollywood, il suffit d’entrer dans le seul bar à vin de la ville.

Si l’on pourrait croire que le show repose entièrement sur Matt Berry – acteur peut-être aussi narcissique que son personnage ?- la présence de plusieurs grands noms de la famille du stand-up et de l’humour nord-américaine prouve le contraire. Fred Armisen, légende vivante du Saturday Night Live, campe avec brio Russ Nightlife, un mafieux hypocondriaque, l’excellent Larry David (Larry et son nombril) un auteur le livres audio conspirationniste et la géniale Rashida Jones (Angie Tribeca) une agente du FBI qui opère incognito.

Rashida Jones est Billy Tarzana.

C’est au tour de Larry David de s’énerver dans le studio d’enregistrement.

Vous l’avez compris, on est fan de Matt Berry et de Toast, qu’il se balade à Londres ou à LA.

2022 / 30 min / Comédie
Créée par Matt Berry, Arthur Mathews
Avec Matt Berry, Fred Armisen, Doon Mackichan
Nationalité : Grande-Bretagne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.