Vanille, Guillaume Lorin, le 2 février

Avec Vanille, réalisé par Guillaume Lorin et scénarisé par Aurore Auguste, tous deux guadeloupéens, le spectateur plonge dans une forêt luxuriante à la suite d’une petite parisienne, entraînée malgré elle dans une chasse au sorcier voleur de cheveux. De l’île natale de sa maman, Vanille ne connaît pas grand chose alors quand son père l’envoie séjourner chez sa tata Frédérique, la petite fille qui aimerait avoir les cheveux lisses se rebelle.

Afin de faire participer le spectateur à l’expérience sensorielle de Vanille qui en s’immergeant dans des paysages inconnus, découvre de nouvelles odeurs, saveurs et musiques, le réalisateur a choisi de mélanger des prises de vues réelles à une animation 2D. Après l’atterrissage, sur la route qui mène à la maison de Tatie, ce sont de vrais paysages qui défilent sous les yeux de la petite fille. Et lorsque Vanille entreprend l’ascension du volcan la Soufrière, de véritables nuages et des fumerolles dessinées cohabitent à l’écran.

Si le récit d’apprentissage cède la place à une enquête aux confins du surnaturel, Vanille a la saveur de vacances inoubliables qui aident à grandir en se réconciliant avec le passé. Élevée par son père après la disparition de sa mère, la petite fille éprouvait du ressentiment envers la Guadeloupe et ses habitants. Mais quand elle découvre tous les lieux magiques où jouait sa maman, toutes les personnes qui l’aimaient, elle ne peut qu’être fière de ce magnifique héritage.

Vanille plaira à celles et ceux qui comme son héroïne éponyme ont connu le sentiment de n’être ni d’ici ni de là-bas. Mais en dehors de cette réflexion identitaire, le film possède de nombreux atouts – une narration fluide et enlevée, une jolie bande-son composée par Christophe Chassol (le personnage de Frédérique s’inspire aussi de la chanteuse Tricia Evy), des personnages attachants… La Guadeloupe et les Antilles sont rarement le sujet de films d’animation et c’est bien dommage ! Vanille est une première réussie, une chouette invitation au voyage !

Le film est précédé de deux courts. Kiko et les animaux, multi-primé et adapté en livre par Bayard Jeunesse, est réalisé par Yawen Zheng. Il met en scène un petit garçon qui harcèle les animaux de son voisinage jusqu’au jour où il découvre qu’ils méritent autant le respect que les êtres humains.

Dans Ton français est parfait, de Julie Daravan Chea, une petite fille d’origine cambodgienne apprend à tenir tête à ses harceleurs qui la traitent de « chinoise » le jour où elle cesse d’avoir honte de sa maman. Deux jolis récits sur le vivre-ensemble et la différence.

2 février 2022 en salle / 0h43min / Animation
De Guillaume Lorin
Par Guillaume Lorin, Aurore Auguste
Avec Marie-Eva Phaan, Macéo Carole, Tricia Evy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.