Ma mère est un gorille (et alors?), de Linda Hambäck, 22 septembre en salles

Pensionnaire d’un orphelinat, Jonna grandit paisiblement aux côtés d’Aron, son meilleur ami qui contrairement à elle, attend avec impatience d’être adopté. Les jours s’écoulent tranquillement à l’orphelinat du Soleil. La directrice, Gertrude, est tellement attachée aux enfants qu’elle organise rarement des portes ouvertes. Avec le jardinier et homme à tout faire qui initie les enfants au vol de cerf-volant et au soin des plantes, tous forment une famille atypique mais heureuse. Jusqu’au jour où le maire de la ville, désireux de réduire les financements publics octroyés à Gertrude, insiste pour que tous les pensionnaires trouvent au plus vite une famille. Et la première à partir est Jonna, adoptée par une drôle de maman : une femelle gorille.

A partir de ce point de départ pour le moins farfelu, la réalisatrice suédoise Linda Hambäck signe un deuxième long-métrage, après Paddy, la petite souris, sur l’acceptation de l’autre. Joana et Gorilla vont s’apprivoiser mutuellement et malgré leurs différences, grandir ensemble. Pour pimenter un peu le récit, il fallait un méchant et c’est le maire de la paisible bourgade, Tord Fjordmark, homme vaniteux et malhonnête, qui menace l’équilibre de la nouvelle petite famille. Tel un prédateur qui convoite le terrain où s’élève la petite maison de Gorilla, il ne cesse de trouver des moyens d’exproprier Gorilla de ses terres, puis en désespoir de cause, tente de séparer maman et petite fille.

A travers ce personnage de méchant prêt à tout, la réalisatrice, qui adapte ici un roman à succès de Frida Nilsson, traduit en 12 langues, montre les dangers de l’appât du gain et met en scène les mécanismes pervers d’aliénation parentale. Gorilla est une mère exemplaire, aimante, patiente et pleine d’imagination. Elle offre un cadre de vie serein et harmonieux à Jonna, elle lui fait découvrir la passion des livres, lui apprend à faire du vélo, à prendre confiance en elle malgré les regard jaloux ou méfiants. Elle respecte aussi l’intimité et la personnalité de sa fille adoptive.

Et pourtant, habile manipulateur, Tord Fjordmark ne cesse de trouver des raisons de critiquer Gorilla et de dresser de nombreux « faux »-témoins contre elle… Heureusement tout est bien qui finit bien, dans ce film où l’émotion effleure à chaque minute. Servi par de jolies couleurs pastel et une bande-son tout en douceur, Ma mère est un gorille est un joli conte, idéal pour une rentrée pleine d’amour !

22 septembre 2021 / 1h12min / Animation, Famille
De Linda Hambäck
Par Janne Vierth, Frida Nilsson
Avec France Bastoen, Michel Hinderyckx, Rose Alloing
Titre original : Apstjärnan

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.