Kuessipan, de Myriam Verreault, Naomi Fontaine, le 7 juillet

Au sortir du lycée, deux amies d’enfance prennent des chemins différents et leur amitié qui jusqu’alors résistait à tout épreuve s’étiole. Si Kuessipan se déroule dans une réserve innue, impossible de ne pas songer à Ghost World, avec le duo formé par Thora Birch et Scarlett Johansson, alors toutes jeunes. Même histoire pour des lieux différents. L’une a un tempérament d’artiste et un look iconoclaste, l’autre est une belle plante, déjà attirée par les « joies » de la domesticité. Si Rebecca Doppelmeyer (interprétée par Scarlett Johansson) n’était pas encore mère à la fin de Ghost World, dans Kuessipan, Shaniss est complètement débordée face à son bébé. Sans compter les frasques du géniteur, le beau gosse de la réserve qui est aussi le dealer local. Heureusement que Mikuan (Sharon Fontaine-Ishpatao, magistrale), sa meilleure amie, est toujours là pour elle, volant à son secours dès le moindre appel. Sauf que contrairement à Shaniss, Mikuan ne veut pas se laisser enfermer, au sein de la réserve ou dans une relation sentimentale qui briserait ses rêves de liberté.

S’échapper par l’écriture, c’est ainsi que Mikuan s’invente une autre vie, loin du territoire où des étrangers à sa tribu ont parqué les siens depuis plusieurs décennies. Et pourtant, Mikuan, contrairement à Shaniss, grandit au sein d’une famille aimante, entourée de son frère, de ses parents, très unis, de la grand-mère et de la myriade de cousins-cousines régulièrement invités aux rassemblements festifs qui marquent l’année.

Mais comme le montre très bien Naomi Fontaine, co-réalisatrice et auteure du livre éponyme dont est adapté le film, la réserve colle à la peau de ses habitants et leur confère une identité qui les empêche de voir plus loin que Sept-îles, ville frontière matérialisant la démarcation invisible mais bien réelle entre blancs et non blancs. Alors, quand elle fraternise, puis très vite tombe amoureuse de Francis (Etienne Galloy, parfait), un rêveur qui partage avec elle son amour de la musique éclectique et de la plume, elle n’hésite pas. Problème : le jeune homme n’est pas Innu. Et leurs échappées belles les entraîne loin du quotidien glauque de Shaniss, qui entre défonce, alcool et combines minables, reproduit – sans s’en rendre compte- les mauvais choix maternels qui avaient pourri son enfance.

« J’aimerais que vous la connaissiez, la fille au ventre rond. Celle qui élèvera seule ses enfants. Qui criera après son copain qui l’aura trompée. Qui pleurera seule dans son salon, qui changera des couches toute sa vie. Qui cherchera à travailler à l’âge de trente ans, qui finira son secondaire à trente-cinq, qui commencera à vivre trop tard. » La voix off de Mikuan accompagne l’évolution psychologique des deux héroïnes. Kuessipan n’occulte jamais les conditions de vie des Innus mais le film possède une dimension universelle en cela qu’il confronte le spectateur à des choix que tout jeune se fait à un moment ou un autre. Rester fidèle aux valeurs transmises par ses parents, au modèle suivi par ses camarades de classe ou au contraire s’en démarquer, pas pour renier d’où l’on vient, pas pour tourner définitivement le dos au passé mais pour s’en nourrir et aller plus loin, vers quelque chose d’autre qui se construit au fur et à mesure.

Dans ce film sur l’amitié mais aussi la création, la musique joue un rôle essentiel, que ce soit la bande-son originelle composée par Louis-Jean Cormier ou les divers titres qui parsèment ce récit initiatique. Ils ne se contentent pas de surligner les sentiments mais jouent un rôle un part entière. Ainsi, Demon Host du groupe Timber Timbre, que l’on entend lorsque Francis et Mikuan se retrouvent par hasard à un atelier d’écriture. Leur rencontre se place immédiatement sous le signe du destin et les paroles douces-amères introduisent parfaitement leur romance. Ou bien le monologue à peine chanté de Guts (Aimer sans amour), inspiré des Statuts de l’Homme du poète brésilien Thiago de Mello, qui peut s’appliquer à Mikuan mais aussi à son Peuple.

Joué par des acteurs issus de la communauté innue, pour la plupart non professionnels, ou des jeunes qui ont déjà collaboré avec le Wapikoni Mobile tel Cédrick Ambroise (originaire de Uashat, il incarne Metshu, le grand frère de Mikuan), Kuessipan est un film qui colle au plus près de ses interprètes pour nous faire partager une réalité – celle des Innus- souvent méconnue, à travers le regard d’une femme artiste généreuse et poète.

7 juillet 2021 en salle / 1h57min / Drame
De Myriam Verreault
Par Myriam Verreault, Naomi Fontaine
Avec Sharon Fontaine-Ishpatao, Yamie Grégoire, Étienne Galloy…

KUESSIPAN – Bande Annonce from Les Alchimistes on Vimeo.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.