Calamity : une enfance de Martha Jane Cannary, Rémi Chayé, 17 mai 2021

Sorti le 14 octobre mais rapidement privé de salles pour cause de confinement, Calamity ressort le 17 mai. Une nouvelle occasion de découvrir le dernier film du talentueux Rémi Chayé. Les grands espaces inspirent le réalisateur dont le précédent film était Tout en haut du monde, sur les traces d’un explorateur du Pôle Nord. Avec Calamity, ses nouveaux personnages sont lancés sur la piste de l’Oregon, à la recherche d’un futur meilleur dans l’ouest américain. Le format 16/9 sied à merveille aux vastes panoramas immobiles bardés d’aplats de couleur.

Et au milieu des montagnes, des plaines sans fin, une petite gamine virevolte dans tous les sens. C’est Calamity qui n’a pas encore hérité de ce surnom et que l’on appelle simplement Martha Jane. L’aînée des enfants Cannary a tout du garçon manqué. Quand un soldat fait un bout de chemin avec le convoi, elle rêve de connaître les mêmes aventures que lui, pas de l’épouser. Quand son père se blesse, elle regrette qu’on confie la direction de sa caravane au fils du chef des pionniers. Martha enfilera un pantalon, Martha apprendra à monter à cheval, bref, elle ne se contentera pas d’aller chercher de l’eau à la rivière et de laver la vaisselle.

Les sources biographiques sur la jeunesse de celle qui passera à la postérité sous le nom de Calamity Jane sont parcellaires. Quant aux événements de l’âge adulte, ils ont largement été romancés, la principale concernée n’hésitant pas à mentir, embellir, travestir ou occulter la vérité pour bâtir sa légende. Le réalisateur a donc imaginé plusieurs événements et rencontres qui forgent l’identité rebelle de Martha Jane. Récit d’une émancipation, Calamity est construit comme un western avec en prime une scène de poursuite d’anthologie à travers une ville minière.

Si le quotidien des pionniers est bien retranscrit, le film se fait aussi l’écho de préoccupations féministes toujours d’actualité, la jeune Martha Jane devenant l’incarnation de toutes celles qui veulent prouver qu’elles sont capables de faire aussi bien, voire mieux, que leurs pères, maris, amis ou connaissances masculines… Le film ne manque pas de péripéties et d’humour, à travers notamment de savoureux personnages secondaires, l’élégante Madame Moustache, la patronne de la mine, l’orphelin arnaqueur et dresseur d’ours… La musique, mélange de bluegrass et de composition symphonique, composée par Florencia Di Concilio accompagne à la perfection la rocambolesque odyssée de ce petit brin de fille. Un film sympathique et distrayant à découvrir en famille.

14 octobre 2020 / 1h22min / Animation, Famille
Date de reprise 19 mai 2021
De Rémi Chayé
Par Rémi Chayé, Fabrice De Costil
Avec Salomé Boulven, Alexandra Lamy, Alexis Tomassian

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.