Sélection Bouquins kids : Je t’aime à chaque instant, Et ma petite main dans la tienne…

Pour occuper les kids pendant les vacances, il n’y pas que les sorties en plein air ! Lire des histoires en famille est un moment privilégié de complicité, une pause douceur qui ouvre l’esprit vers des ailleurs beaux et tendres.

Pour dire à ses enfants qu’on les aime en dépit de leurs pitreries et caprices, pour leur rappeler qu’on sera toujours près d’eux malgré les aléas du quotidien, Gründ et Langue au Chat nous proposent deux très bels albums. Le premier, Je t’aime à chaque instant, publié aux éditions Gründ, est illustré par Maurèen Poignonec sur un texte intelligent et sensible de Suzanne Bogeat qui alterne les points de vue de l’adulte et de l’enfant. Deux premières pages : maman demande tendrement à son fils s’il veut un petit bisou. « Bien sûr » répond fiston, et ce moment câlin du matin est l’occasion de revenir sur la grosse dispute de la veille. Aujourd’hui est un nouveau jour, on passe l’éponge sur la colère de l’enfant qui flambe « comme un incendie » et on s’enlace tendrement.

L’album s’appuie sur des scènes de la vie quotidienne (le petit-déjeuner, l’arrivée devant les grilles de l’école), des petits tracas de tous les jours (l’enfant qui ne veut pas manger de légumes) pour proposer un modèle de parentalité constructif. Le cadre doit être posé (manger des brocolis, se laver, c’est bien) mais au final, pour bien grandir, seuls comptent la compréhension et l’amour mutuels.

L’originalité du livre tient dans l’alternance des points de vue – on examine la situation à travers le regard de l’adulte mais aussi à travers les yeux de l’enfant – et aussi dans le soin apporté aux illustrations. Outre les couleurs toutes douces qui viennent animer quantité de petits détails, les doubles pages d’illustrations sont parsemées de petits inserts d’effets argentés qui dynamisent l’ensemble et retiennent l’attention de l’enfant. Au final, un très bel album pour redire à son enfant à quel point il illumine notre vie.

Éditeur : Gründ (21 janvier 2021)
Relié : 32 pages / Prix : 12,95 euros
ISBN-13 : 978-2324024764
Âge de lecture : 3 – 8 années
Poids de l’article : 360 g
Dimensions : 25.8 x 0.9 x 27.8 cm

Aux éditions Langue au Chat, un autre album qui fait le lien avec les instants câlins du quotidien. Un sourire face à des moustaches de lait, un doigt qui tapote un bout de nez mouillé

Et ma petite main dans la tienne est une histoire de Louison Nielman, illustrée par Maud Legrand. Les pages sont plastifiées, ce qui permet une manipulation et un nettoyage faciles même en cas de verre d’eau renversé ou de tâches au repas.

Les phrases courtes mettent en scène les 5 sens : l’odorat, le toucher, l’ouïe, la vue, le goût (« j’entends le ronron du chat blotti contre moi, je sens la bonne odeur de chocolat« ) et invite l’enfant à se faire confiance.

Au final, un album tendre et bien conçu pour rappeler à l’enfant la bienveillance discrète mais toujours présente du parent.

Éditeur : Langue au Chat (11 mars 2021)
Relié : 22 pages / Prix : 11,95 euros
ISBN-13 : 978-2806311108
Âge de lecture : 2 – 8 années
Poids de l’article : 450 g
Dimensions : 22.9 x 2.2 x 23 cm

Toujours aux éditions Langue au Chat, Je suis un lion chaton, un grand album avec, à la fin, 2 pages cartonnées épaisses détachables avec des masques prédécoupés à colorier. Sorti à l’occasion du carnaval en février dernier, l’ouvrage reste d’actualité avec son histoire à la fois attachante et pédagogique, véritable ode à la différence. C’est le carnaval à l’école, les enfants sont tellement fiers de leurs déguisements qu’ils sautent et courent dans tous les sens. Ils rugissent comme des lions, barrissent comme des éléphants, tous ont choisi d’incarner des géants de la savane ou des prédateurs de la jungle… tous sauf Léon, qui resté en retrait dans le coin lecture, est déguisé en chaton.

La maîtresse s’approche doucement de lui et l’invite à rejoindre ses camarades tout en le réconfortant. Rien de grave à être différent, rien de grave à préférer le calme aux cris, à se considérer davantage mignon chaton que lion rugissant… L’histoire offre en plus l’occasion au timide chaton de montrer à ses camarades qu’il est aussi – voire peut-être plus – courageux qu’eux. Un récit qui célèbre les valeurs d’entraide et d’acceptation de la différence, le tout sur un ton joyeux, avec en sus deux masques pour prolonger l’aventure hors du livre !

Éditeur : Langue au Chat (11 février 2021)
Relié : 34 pages / Prix : 12 euros
ISBN-13 : 978-2806311054
Âge de lecture : 2 – 8 années
Poids de l’article : 440 g
Dimensions : 23.9 x 1.2 x 28.8 cm

Pour les lecteurs plus âgés et aguerris, La vie de château, publié chez l’École des Loisirs, est le livre tiré du film réalisé par Clémence Madeleine-Perdrillat et Nathaniel H’Limi à propos d’une petite orpheline, Violette, confiée à son oncle, employé au Château de Versailles, après le décès de ses parents tués dans les attentats du 13 novembre 2015. S’il est question de deuil – de son absurdité, surtout pour une petite fille qui aimerait pendant l’enterrement qu’on parle de ses parents tels qu’elle les a connus, qui insiste pour porter son ciré jaune, et pas ces horribles vêtements noirs – il est aussi question d’un nouveau lien filial, celui qui va l’unir à son oncle Régis, qu’elle déteste d’abord – elle l’a surnommé Régis le Puant – puis qu’elle va adorer et défendre coûte que coûte.

L’histoire se divise en chapitres racontés en alternance par Violette et Régis. Parfois aussi, ce sont Geneviève l’assistante sociale et Malcom, l’ami de Violette qui prennent la parole. Ce croisement de points de vue permet de cerner le problème dans son ensemble. La vie de château est un récit d’apprivoisement, entre une petite fille soudainement traumatisée par le décès de ses parents et un oncle plutôt vieux garçon, brisé par le rejet de sa famille, et qui, longtemps privé d’amour, se demande s’il pourra s’occuper comme il faut de cette petite fille fugueuse (tout au moins au début, avant d’adorer la vie au château de Versailles). La narration est à la fois drôle – quand elle se fait l’écho des interrogations de Violette « Geneviève, je l’ai rencontrée le lendemain de la mort de maman et papa. Elle travaille pour le gouvernement. Au début j’ai cru qu’elle était agent secret et qu’elle allait me recruter comme espionne, mais pas du tout. Elle est assistante sociale et son métier c’est de me trouver une nouvelle maison » mais aussi émouvante quand elle exprime les doutes de Régis, être bourru au cœur gros comme ça : « Violette, je l’ai pas vue depuis longtemps (…) la dernière fois, elle ne marchait pas, c’était un petit bébé tout rose, tout souriant, assez mignonne je dois dire, même si moi, je ne suis pas très à l’aise avec les nourrissons, je ne sais pas quoi leur raconter. D’ailleurs, je ne sais pas trop quoi dire à tout le monde, je n’aime pas parler. »

Une idée originale pour prolonger le visionnage du film ou au contraire l’introduire, le livre La vie de château est un beau récit, drôle et spécialement conçu pour les enfants, sur un sujet pas facile : la reconstruction après le deuil.

Collection Neuf
8 à 11 ans
roman
disponible
Prix : 11,00 €
ISBN : 9782211309806
Parution le 03.02.2021

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.