Preparations to be together for an unknown period of time, Lili Horvát, Les Arcs Film Festival

La réalisatrice hongroise Lili Horvát signe un film qui se perd dans les méandres du cerveau (ou du cœur ?) de sa protagoniste principale, une talentueuse neurochirurgienne qui quitte le prestigieux hôpital new-yorkais où elle exerce pour retrouver à Budapest l’homme qu’elle aime. Aussi froide que le scalpel qu’elle manie à la perfection, Márta s’embrase pourtant pour Drexler János, un collègue avec qui elle a juste échangé quelques mots près d’une machine à café lors d’une conférence internationale. Pas étonnant que le film débute véritablement sur le pont de la liberté, le Szabadság híd, qui relie Buda à Pest, les deux quartiers historiques de la ville.

Sur ce pont, à peine maquillée et apprêtée, Márta semble flotter au milieu de la foule qui déambule. Elle est résolue et pourtant elle hésite encore. Le temps semble s’être suspendu. Elle a quitté son chez soi, ses amis; elle a rompu ses habitudes mais elle n’a pas encore commencé sa nouvelle vie. Sans appartement, sans travail, elle est dans l’attente d’un moment qui ne survient pas. Celui qu’elle désirait, celui pour qui elle avait tout changé n’est pas venu. La déception se lit à peine sur son visage: Márta, beauté fatale, reste toujours maîtresse d’elle-même. Et quand Drexler János lui dit froidement sur un parking « Madame, je ne vous connais pas », elle s’évanouit l’espace d’un instant mais ne tarde pas à reprendre pied. Une autre femme serait anéantie, pas elle. Comme lui indique un vieux professeur d’université : « elle joue dans une autre league. »

Márta ne renonce pas facilement. La première partie du film la montre réorganiser son quotidien autour de son obsession qui semble grandir à mesure que l’être aimé s’éloigne. Elle visite des appartements, et au lieu de choisir le plus confortable et moderne, opte pour le délabré et sale mais dont la fenêtre de la salle de bain donne sur le pont de la liberté, le lieu du rendez-vous raté. Si ces gestes médicaux restent professionnels et fiables, son esprit demeure en construction comme l’intérieur de son appartement qui a besoin d’être meublé, décoré et nettoyé.

Est-elle folle ? Márta elle-même se pose la question et consulte le psychiatre qui exerce dans l’hôpital où elle s’est fait immédiatement embauchée, vieille institution dépassée par la modernité, trop contente de l’accueillir et où officie également János. Mais, comme le suggère le spécialiste des maladies mentales, se poser la question d’être fou, c’est faire preuve de raison. Par petites touches, le film qui ne quitte jamais le terrain du drame psychologique s’oriente ainsi vers le thriller, option film noir. János apparaît comme un être éminemment plus trouble et malsain que Márta mais est-ce la réalité ou juste la projection des fantasmes de l’héroïne ?

Peu à peu, il se rapproche d’elle et les rôles s’inversent. Ce n’est plus l’expatriée new-yorkaise qui suit en cachette le collègue hongrois : le regard de János, toujours insistant et omniprésent, se mue en prédation. La beauté de ce film réside à la fois dans le jeu du couple d’acteurs -formidables- mais aussi dans les choix de réalisation, cette marche en miroir le long des rues de Budapest, ce reflet de regards, qui émergent et se suivent au-dessus des meubles dans le magasin et surtout ces inserts, d’un spectacle, où l’on voit János, enfant et joufflu, chanter dans un télé crochet (type école des Fans) la truite de Schubert. Mélomane, auteur traduit à l’international, János n’est pas un simple médecin, il est multiple et Márta est comme cette truite, qui frétille, au bout de l’hameçon.

Ce qui séduit dans ce film hors-normes, c’est la douceur qui se dégage de l’ensemble… peut-être est-ce dû au charme brumeux de Budapest, à une bande-son discrète mais qui provoque toujours l’émotion au bon moment… Nous ne révélerons pas la fin, surprenante mais finalement en accord avec l’harmonie subtile de cette drôle de romance.

Prochainement / 1h35min / Drame, Romance
De Lili Horváth
Avec Natasa Stork, Viktor Bodó, Benett Vilmányi
Nationalité : hongrois

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.