Truth Seekers, de et avec Simon Pegg & Nick Frost, Amazon Prime

Le célèbre duo britannique Simon Pegg et Nick Frost, à qui l’on doit la trilogie du Cornetto, à savoir les longs-métrages Shaun of the Dead, Hot Fuzz et Le Dernier Pub avant la Fin du Monde qui tournaient en dérision les films de genre, reviennent devant et derrière la caméra pour une série fantastique intitulée Truth Seekers de 8 épisodes diffusée via Amazon Prime. Le poster promotionnel est un immense clin d’œil à LA série culte des amateurs de paranormal dans les années 1990 : X-Files. Ici, il est également question d’une conspiration internationale, mais cette fois-ci, le gouvernement nord-américain n’est pas de la partie puisqu’elle est ourdie par Peter Toynbee, un universitaire pédant féru de satanisme.

Vous l’aurez compris, malgré l’attirail technique qui rappelle les Proton Packs des chasseurs de fantômes de la franchise Ghostbuster, l’ambiance est totalement différente. Dans Truthseekers, aucune chance de croiser Stay-Puft Marshmallow Man au-dessus des gratte-ciels de Londres, les créatures de l’ombre se terrent dans de jolis manoirs, à une convention Cosplay à Coventry ou dans les verts pâturages des Cornouailles. Résolument geek, la série est aussi terriblement British.

L’humour n’est pas à chercher dans de gros gags bourrés d’effets spéciaux mais dans le décalage constant entre ce qui se donne à voir et ce que ressentent les personnages. Moins satirique que les précédentes collaborations Frost-Pegg, Truth Seekers n’en porte pas moins la patte de leurs créateurs qui se sont de nouveau associés à James Serafinowicz (on ne change pas une équipe qui gagne ! ) : leurs héros sont des solitaires qui malgré leurs outrances et excès cultivent une pudeur en voie de disparition sur nos écrans (et dans la « vraie » vie).

Malcolm McDowell interprète Richard, le père de Gus

Les scénaristes ont pris soin de ne pas tout dévoiler dès le début de la série et les traumas ou raisons d’agir de chacun se révèlent lentement, au fil d’épisodes de plus en plus réussis sur le plan fantastique. Les créatures antagonistes sont moins effrayantes qu’intrigantes et Truth Seekers, sans jamais se prendre au sérieux, se garde bien de ridiculiser les amateurs de paranormal. Pas de binarité à la Mulder et Scully, l’existence d’un monde occulte est affirmée sans ambages dès le pilote.

Emma D’Arcy est Astrid, hantée par sa mère brûlée morte vive.

Nick Frost interprète Gus, un installateur internet qui met en ligne des vidéos YouTube dans lesquelles il se filme, traquant fantômes, monstres et autres espèces cryptozoologiques. Il est épaulé par un casting haut de gamme, avec notamment Malcom McDowell, les superbes yeux bleus d’Alex DeLarge dans Orange Mécanique de Stanley Kubrick, ou Susan Wokoma, qui retourne à ses premières amours (elle avait été la star de Crazy Head) après avoir tourné en costume d’époque dans Year of the Rabbit ou Enola Holmes.

Simon Pegg ne fait que de brèves apparitions avant le dénouement final mais fidèle à ses rôles de névrosé, il incarne un manager au sourire Colgate, un modèle de bien-pensance et de bons comportements, bref, un type pas clair auquel il ne faut pas se fier. La série ne restera sûrement pas dans les annales mais elle est suffisamment originale, bien conçue et divertissante pour qu’on espère une seconde saison !

Depuis 2020 / 30 min / Comédie, Epouvante-horreur, Fantastique
De Nick Frost, Simon Pegg, Nat Saunders
Avec Nick Frost, Malcolm McDowell, Samson Kayo
Nationalité : Grande-Bretagne
Chaîne d’origine : Amazon Prime Video

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.