La Baleine et l’Escargote, Max Lang, Daniel Snaddon, 21 octobre 2020

Les Films du Préau nous proposent une jolie sélection de courts métrages pour rêver en famille pendant les vacances de la Toussaint. Le programme La Baleine et l’Escargote propose trois films avec de facétieux personnages qui grandissent en s’aventurant hors de leur zone de confort.

Dans Cloudy, réalisé par Filip Diviak et Zuzana Čupová, un gnome bien organisé doit composer avec une météo peu favorable à ses projets de farniente.

Qu’à cela ne tienne, le petit homme retrousse ses manches et se met au travail : avec quelques clous et des bouts de ficelles, il trouvera le moyen de se débarrasser du fâcheux nuage qui cache le soleil. Dans un décor féerique, aux pieds d’une majestueuse montagne qui n’en est pas vraiment une, la forêt s’anime de mille bruissements : les enfants apprécieront de retrouver des animaux familiers dans des situations loufoques qui donnent un petit air de folie à cet univers sylvestre d’inspiration celtique.

Dans Kuap, le réalisateur suisse Nils Hedinger mêle habilement animation 2D et prises de vue réelles. Au rythme des saisons, on suit l’évolution d’un jeune têtard qui, contrairement à ses camarades éclos le même jour que lui, ne s’est pas développé aussi vite. Alors que les autres ont déjà quitté la mare, sa queue natatoire n’a pas encore rétréci et ses pattes ne semblent pas pressées de pousser.

Le ballet aquatique des animaux dessinés en superposition est très agréable à regarder, presque relaxant. La scène de natation synchronisée est particulièrement réussie, tout comme celle, d’une tendresse infinie, ou le têtard, devenu énorme, s’improvise maman de la nouvelle couvée. La conclusion de ce petit film, métaphore sur la difficulté de grandir et la peur d’être différent, est très optimiste : la musique sautillante plaît beaucoup aux enfants qui s’identifient volontiers à ce héros inquiet qui est parvenu à surmonter ses difficultés.

Pièce de résistance du programme, La baleine et l’escargote est l’adaptation du très bel album du même nom, paru en 2015 chez Gallimard Jeunesse. On retrouve donc les héros imaginés et dessinés par Julia Donaldson et Axel Scheffler. Soit une escargote de mer qui s’ennuie ferme amarrée à son rocher. En contemplant les navires prendre le large, elle rêve de parcourir les océans. Malgré les moqueries des autres escargots de mer, elle décide de forcer son destin en écrivant sur le rocher avec sa bave une petite annonce : « Cherche transporteur pour voyager. » Son vœu est exaucé quand une baleine lui propose d’embarquer avec elle.

Bien cramponnée à la bosse de la géante des mers, l’escargote découvrira les récifs corallien du Pacifique, les impressionnants fjords de Scandinavie mais aussi les paysages glacés et silencieux des banquises. L’animation, fluide et truffée de détails et personnages amusants, se pare de couleurs chatoyantes. Les deux héroïnes sont très attachantes et leur complicité bien rendue à l’écran.

La Baleine et l’Escargote est la septième adaptation par Magic Light Pictures d’ouvrages pour la jeunesse après notamment Le Gruffalo, La Sorcière dans les airs, Monsieur Bout-de-Bois, Le Rat scélérat ou encore Zébulon le dragon. Réalisé par Max Lang et Daniel Snadon qui avaient déjà signé ensemble Zébulon le dragon, La baleine et l’escargote est un joli conte sur l’entraide qui a également le mérite de sensibiliser les jeunes spectateurs à la protection de l’environnement et aux détériorations des conditions de vie de la faune sous-marine.

Le souffle romanesque de l’odyssée de l’escargote est palpable dans une animation 3D qui a choisi de retranscrire de manière très naturaliste les fonds marins en soignant les modulations naturelles de lumière, de transparence et de couleur de l’eau. Plusieurs séquences très rythmées donnent l’impression au spectateur de plonger en eaux profondes aux côtés des deux animaux. Le résultat est un divertissement familial qui enchantera petits et grands amoureux de l’océan.

 

21 octobre 2020 / 0h40min / Animation, Famille
De Max Lang, Daniel Snaddon, Filip Diviak, Zuzana Čupová, Nils Hedinger,  …
Avec Colette Sodoyez, Maia Baran, Philippe Resimont
Nationalités britannique, tchèque, suisse

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.