Sanctorum, Joshua Gil, Compétition Cinélatino 2020

Au fin fond de la campagne mexicaine, un groupe de paysans indigènes ramassent des plans de cannabis. Ils cultivent cette plante de père en fils, ils ne savent rien faire d’autre. Leur dur labeur rapporte peu et les expose à de multiples dangers. Coincés en étau entre narco-trafiquants et militaires corrompus, ils s’accrochent désespérément à cette terre qui les nourrit et les définit.

Le film de Joshua Gil est avare en paroles. Peu importe, le réalisateur qui a collaboré avec Carlos Reygadas sur Japón est convaincu de la force poétique de l’image. A mi-chemin entre le documentaire et le film fantastique, Sanctorum suit les derniers instants d’une communauté meurtrie par le deuil et le renoncement. Élégiaque, le récit s’organise comme un jeu de piste où s’affrontent vivants et morts.

Dès le début du film, un sentiment de danger imminent envahit les consciences et les corps. Un son étrange perturbe le calme des chaumières. La jungle bruisse de mille murmures. La traque absurde des militaires et des narcos, bien décidés à anéantir les mains qui les nourrissent, est dérangée par la présence des défunts et des esprits protecteurs.

Le réalisateur a fait appel à des acteurs non professionnels qui s’expriment dans leur dialecte local. Par le truchement du personnage de l’instituteur, la mémoire des luttes de ce peuple indigène est ravivée et le contexte socio-politique partiellement explicité au spectateur.

Mais qu’importe si des zones d’ombre subsistent dans ce film à la photographie magnifiée par l’usage du HDR ou d’un montage aux effets similaires. Avec sa construction quasi cyclique, le réalisateur nous convie à un voyage par-delà le temps et l’espace. Sanctorum est avant tout une expérience sensorielle filmique inédite en communion métaphorique avec la Terre-Mère.

Le fil conducteur – l’amour d’une mère pour son enfant même après la mort – est filmé en parallèle à un déferlement de forces surnaturelles vengeresses. Alors qu’une pandémie est venue nous rappeler les dangers d’une croissance économique qui bafoue les droits élémentaires des travailleurs et puise inexorablement dans les ressources terrestres, le film se fait l’écho d’une désespérante actualité. Puissions-nous en tirer quelques enseignements.

Director: Joshua Gil
Genre: Drama / Fantastic
Original title: Sanctorum
English title: Sanctorum
Country of production: Mexico, Dominican Republic, Qatar
Year of production: 2019
Length: 83 min

 

 

SANCTORUM – Trailer from Pluto Film on Vimeo.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.