Chats par-ci, Chats par-là, de Fabrice Luang-Vija, Emilie Pigeard, le 12 février

Un tigre qui prend des leçons de chasse auprès d’un chat moqueur, une pêche miraculeuse qui convoque tout le bestiaire des contes des fées, une poule convoitée par un chat, un loup, un éléphant et un vautour qui finissent par unir leurs forces pour la libérer d’un ours polaire, Fabrice Luang-Vija réalise trois courts métrages surprenants et très drôles. Il cosigne aussi avec Emilie Pigeard le dernier court de cette sélection très féline, l’histoire de la chatte Bambou devenue Bamboule après avoir grossi démesurément. Ces films sont produits par le belge Arnaud Demuynck et sa boîte Les Films du Nord qui avaient déjà sorti les excellents Zibilla et Loups tendres et loufoques, inspiré des albums de l’immense Mario Ramos, hélas parti trop tôt.

Le premier court est une adaptation d’un conte traditionnel chinois. Un tigre pataud qui est la risée de toute la jungle prend pour enseignant un chat prétentieux. Mais l’élève dépasse vite le maître et alors, le souffre-douleur risque de se venger… En dépit des paroles un peu dures de maître chat, le film regorge d’humour et à l’instar des fables de La Fontaine se termine par une petite morale qui explique aussi pourquoi les tigres ne grimpent pas aux arbres.

Avec La pêche miraculeuse, le réalisateur montre qu’il a bien digéré tous les personnages du conte traditionnel pour accoucher d’un univers qui n’appartient qu’à lui. Caractérisé par la ligne claire de ses dessins, ce court cultive un sens de l’absurde jubilatoire et permet aux enfants de réviser leurs classiques de Pinocchio au Petit Chaperon Rouge

Le troisième film, la pièce de résistance, est un cartoon dans lequel s’enchaînent les gags à toute vitesse. Une course effrénée qui transporte une bassecour rigolote dans les jungles puis la banquise des pôles.

Ce programme de chats par-ci par-là se termine sur une note plus personnelle comme en témoignent les photos de générique qui célèbrent l’existence pénarde d’une chatte obèse. Le film adopte le point de vue de Bamboule chatte qu’on a mise au régime et qu’on force à faire de l’exercice et qui, un jour, décide de s’assumer pleinement et d’envoyer tout promener. Un film au style gribouillis (mais très abouti techniquement et visuellement) qui se moque avec intelligence des victimes de la mode.

 

12 février 2020 / 0h 56min / Animation
De Fabrice Luang-Vija, Emilie Pigeard
Avec Valentine Lapière
Nationalités française, belge, suisse

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.