Tu mourras à 20 ans, Amjad Abu Alala, le 12 février 2020

Dans la province d’Aljazira au Soudan, Muzamil grandit dans la crainte de mourir à 20 ans. Quelques jours après sa naissance, le chef religieux a en effet prédit qu’il ne dépasserait pas son 20e anniversaire. Surnommé Fils de la Mort par les autres enfants du village, Muzamil est élevé par une mère drapée de noir, en signe de deuil, qui note et rature chaque semaine écoulée sur les murs d’une pièce sans fenêtre. Son père a déserté le foyer depuis ce mauvais présage. Cette existence désespérante et anxiogène est cependant émaillée de rencontres qui aident Muzamil à grandir malgré le funeste oracle.

Adapté d’une nouvelle d’Hammour Ziada, écrivain soudanais résidant en Egypte depuis son bannissement, ce premier film du réalisateur soudanais Amjad Abu Alala, met en images les tiraillements amoureux et intellectuels de villageois habités par la peur de la transgression.

Profondément humaniste quand il décrit l’intimité des différentes familles, Tu mourras à 20 ans est aussi une œuvre traversée de fulgurances oniriques mais aussi de scènes de rituels, de transes et de fêtes populaires qui lui confèrent un caractère ethnographique.

Filmé à la confluence du Nil Bleu et du Nil blanc, Tu mourras à 20 ans bénéficie d’une photographie de toute beauté. Le réalisateur a su aussi entremêler avec intelligence et subtilité différents récits de vie : l’affranchissement progressif de Muzamil des forces tristes (comme les surnomme la centenaire du patelin, alliée malgré elle de Muzamil) mais aussi le retour au bled de l’intellectuel, un journaliste et caméraman qui fume et boit malgré les interdictions religieuses. Il fait découvrir à Muzamil ses premiers films, lui apprend à compter et lui sert de figure paternelle. Les figures féminines sont aussi très fortes et belles, comme cette prostituée au grand coeur ou l’amoureuse de Muzamil qui tente elle aussi de s’émanciper en sortant avec le jeune homme maudit.

Un premier film justement récompensé en festival : il a obtenu le grand prix au festival d’Amiens et le Lion du futur au Festival de Venise en 2019.

12 février 2020 / 1h 45min / Drame
De Amjad Abu Alala
Avec Mustafa Shehata, Islam Mubarak, Mahmoud Elsaraj
Nationalités soudanaise, française, égyptienne, allemande, norvégienne, qatarienne

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.