L’étoile filante, de Dominique Abel, Fiona Gordon, 31 janvier 2024

L’étoile filante, du nom d’un bar à Bruxelles, est certainement le film le plus noir de Dominique Abel et de Fiona Gordon. Ce duo (et couple!) de réalisateurs belges nous enchante depuis le début des années 2000 avec une filmographie à la fois burlesque et surréaliste. Dans ce nouvel opus, ils retrouvent leurs camarades de jeu : Bruno Romy, dans le rôle d’un ambulancier amputé d’un bras après un attentat et Philippe Martz qui incarne un vigile baratineur avec toute la force tranquille qu’on lui connaît. Ils sont rejoints par une nouvelle venue : Kaori Ito qui partage la plupart des numéros chorégraphiques avec Dominique Abel. Eh oui, dans L’Etoile Filante, Fiona Gordon est reléguée au second plan. Le film est la chronique d’un amour fini dont la beauté mélancolique est chanté par le duo féminin de Birds on Wire. Dans La Fée, Fiona se consumait d’amour pour Dom, veilleur de nuit. Ici, elle est juste l’ex-femme, un peu fânée et surtout très fatiguée, qui enquête – plutôt malgré elle – sur la disparition de Dom et finit par mettre à jour un enlèvement et une usurpation d’identité organisés par des anciens activistes de l’extrême gauche.

Il n’y a pas que l’amour qui bat de l’aile dans L’Etoile Filante. Les principes politiques, les idéaux et l’action collective ont fait place à des jeux érotiques, symbolisés par le rouge vif de la robe portée par Kaori Ito tout au long du film. Alors que les soignants agonisent au sol, reconstituant un bateau qui sombre avec leurs gesticulations de jambes et de bras, et que les citoyens belges battent le pavé pour réclamer plus de lits, plus d’écoles et plus d’argent public, Boris, s’est réfugié dans l’anonymat et la chaleur du bar L’étoile filante. Rattrapé par son passé de militant terroriste, sa bobine apparaît dans les colonnes du quotidien belge Le Soir. Heureusement, Tim, le vigile et ami, découvre qu’à Bruxelles même, un type abandonné de tous (Dom) est l’exact sosie de Boris. Il suffira d’échanger leurs destins pour éviter une mort ou tout au moins une incarcération certaine à Boris.

Cette comédie loufoque construite à partir de la figure du double – Boris va prendre la place de Dom, éclusier dépressif – se mue en marivaudage avec le quadrilatère amoureux formé par Boris, sa compagne japonaise, Dom, et son ex-femme. On se court après, on croit s’être retrouvé, on se perd à nouveau… Si l’on rit beaucoup des jeux de jambes facétieux, le tragique n’est jamais loin comme lorsque l’ex-épouse fait face à celle qu’elle considère – à tort, finalement – comme une jeune rivale. Empruntant à l’esthétique du film noir, L’étoile filante est sublimé par une photographie qui fait la part belle aux ambiances en clair-obscur. Et la complainte des amours perdues fait lentement place à un constat amer : on a sacrifié ses utopies de jeunesse à la tranquilité. Sauf que la colère, elle, continue de couver et de gronder…

31 janvier 2024 en salle | 1h38min | Comédie
De Dominique Abel, Fiona Gordon
Avec Fiona Gordon, Dominique Abel, Kaori Ito

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.