Le voyage du Prince, Jean-François Laguionie, Xavier Picard, 4 décembre

Le voyage du Prince est la suite, vingt ans après, du Château des singes, jolie fable humaniste de Jean-François Laguionie qui mettait en scène deux tribus simiesques séparées par les éléments naturels et la défiance réciproque. Ce nouveau récit clôt les pérégrinations à la fois morales et physiques du vieux Prince, un visionnaire doublé d’un aventurier qui rêve de découvrir le monde et repousser les limites jusqu’alors imposées par la science et les croyances de son peuple. Ses croquis de machines volantes, son érudition et ses manières de cour en font un alter-ego de Leonard de Vinci. Malheureusement pour lui, il échoue sur les rivages d’un monde bourgeois, industriel, à la mentalité étriquée, gouverné par une Académie des Sciences sclérosée, hygiéniste, vaniteuse, ethnocentriste et raciste, enfermée dans ses certitudes.

Le dossier de presse précise que Jean-François Laguionie s’est inspiré des gravures d’Honoré Daumier pour dépeindre le monde académique : s’il a voulu dénoncer les dangers de la science au service du colonialisme et de l’avènement d’une prétendue civilisation (qui justifie l’écrasement de nations et peuples jugés inférieurs), il a également accouché d’un monde très original complètement uchronique.

La révolution industrielle a bien eu lieu chez les Noukios mais la forêt ne cesse de gagner du terrain sur la ville. Les transports en commun existent mais les habitants de la grande cité ne les utilisent jamais pour s’aventurer dehors. La science gouverne prétendument les esprits : en fait, elle régit l’organisation sociale dans le seul but de transformer les citoyens en consommateurs et ouvriers esclaves. Ainsi, les individus qui ont soif de savoirs et d’expériences sont étiquetés fous et marginalisés comme le couple de chercheurs ayant recueilli le Prince, en exil dans un Museum d’Histoire Naturelle laissé à l’abandon.

Au croisement d’un récit de voyage –le Prince hors champ lit des extraits de son journal– et d’un rapport scientifique – le Professeur Abervrach se livre à une série d’observations qui tombent à l’eau car l’anthropologue sous-estime l’intelligence de son sujet- Le voyage du Prince est aussi une histoire initiatique de transmission filiale et d’acceptation de soi. Tom, jeune singe élevé par le couple de chercheurs exilés, accompagne le Prince dans son exploration de la cité et de la jungle, et découvre à son tour qu’il n’est pas comme les autres, lui qui se savait déjà capable de communiquer avec les oiseaux.

Les « décors » sublimes sont un écrin pour des dialogues ciselés, rythmés par la poésie musicale de Christophe Héral, toute en émotion retenue, et la magnifique diction d’Enrico Di Giovanni qui double le vieux singe. Laissez-vous entraîner hors de la ville pour gagner les hauteurs de la canopée et goûter pleinement à la liberté du vieux singe… Un très beau film à découvrir avant Noël.

 

 

Date de sortie : 4 décembre 2019 (1h17min)
De Jean-François Laguionie, Xavier Picard
Avec acteurs inconnus
Genre : Animation
Nationalités : luxembourgeois, français

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.