Shaun Le Mouton, la ferme contre-attaque, 16 octobre

Les vacances de la Toussaint sont là et ça tombe bien car le dernier opus cinématographique de la franchise Shaun le mouton est sorti ce mercredi. Les studios Aardman ont encore fait des merveilles avec une histoire au scenario pourtant archi rebattu. Imaginez plutôt : Shaun et toute sa troupe découvrent un petit extraterrestre égaré dans la campagne anglaise.

Ce n’est pas la première fois que les moutons les plus connus d’Angleterre se frottent à des créatures de l’espace (voir notamment l’épisode 40 de la saison 1 et l’épisode 2 de la saison 4). Mais cette fois-ci, l’alien en question est un petit être qui, s’il cause plein de désordres dans le charmant petit village, nécessite pour retrouver ses parents et rentrer sur sa planète la protection et l’aide de Shaun. Lui, si farceur et espiègle, sera-t-il à la hauteur de la mission ? Bitzer ne le croit pas et n’aura de cesse de le rappeler à l’ordre…

La photographie et la palette graphique sont somptueuses, les gags super réussis. La méchante de service est une scientifique pleine de ressentiment qui n’a jamais digéré les moqueries dont elle fut victime enfant quand elle témoigna avoir rencontré des extraterrestres. Les réalisateurs parodient la culture SF en insérant plein de clins d’œil qui plairont aux plus grands : de la sonnerie de téléphone qui reprend le générique X-Files en passant par le code secret constitué des notes de musique de Rencontres du Troisième Type ou le vestiaire des Men in Black.

Le film joue sur tous les registres : comique burlesque avec les cavalcades et chutes des scientifiques revêtus de combinaisons qui les empêchent de manger et se mouvoir normalement, mais aussi nonsense et farce avec le personnage du fermier qui décide de rentabiliser cette folie des ovnis et le crop circle malencontreusement tracé par le tracteur de Shaun en transformant ses terres en un immense parc d’attractions.

Si tout le film est réussi, la deuxième partie du récit va crescendo tant dans l’émotion que le rire. Les scénaristes ont eu l’excellente idée de créer un spectacle dans le spectacle, à savoir dédoubler l’action initiale -la traque de Lu-La l’extraterrestre par le gouvernement – sur la scène créée par le fermier.

A l’instar des spectateurs, d’abord consternés par les effets spéciaux très cheap concoctés par le fermier, nous sommes ensuite médusés par l’accumulation de petits détails réussissant à transformer d’anodins personnages de pâte à modeler animés en stop motion en spectacle merveilleux qui en met plein la vue. Avec ce théâtre dans le théâtre, Shaun the sheep : Farmageddon est bien plus qu’un pastiche des films de genre, c’est une ode à la magie de l’animation.

Date de sortie : 16 octobre 2019 (1h30min)
De Will Becher, Richard Phelan
Avec Justin Fletcher, John B. Sparkes, Amalia Vitale…
Genres : Animation, Famille, Comédie
Nationalité : britannique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.