Le mystère des pingouins, Hiroyasu Ishida, 14 août 2019

C’est l’été, mais contrairement à ses camarades de classe, Aoyama n’est pas pressé de se retrouver en vacances. Petit savant en herbe, il passe le plus clair de son temps le nez plongé dans des livres de sciences. Son autre occupation favorite est de jouer aux échecs dans un café avec l’assistante de son dentiste. Mais la soudaine apparition de pingouins puis la découverte d’une mystérieuse sphère au milieu d’une clairière sont le prélude à de rocambolesques aventures qui le marqueront à jamais.

Étrange mélange de SF, de thriller et d’étude de mœurs (sur fond de rivalité enfantine entre une brute épaisse pas très futée, un gamin de classe moyenne et la fille d’un prestigieux universitaire), Le mystère des pingouins est avant tout le récit d’un premier amour qui laissera un goût doux-amer au protagoniste principal.

Bien que ses camarades de classe l’aient immédiatement compris, Aoyama ne veut pas se l’avouer : il est fou amoureux de l’assistante dentaire. Le jeune réalisateur Hiroyasu Ishida (il est né en 1988) a eu la bonne idée de faire de cette jeune femme un être si étrange qu’elle semble venue d’une autre planète, une manière d’adoucir ce qui aurait pu virer, dans un autre contexte, à de l’attachement sordide.

Parfois sans queue ni tête -des pingouins jaillissent d’une cannette lancée dans l’air- ce premier long-métrage suit pourtant sans faillir un sentier bien balisé à l’image de la fameuse « Autoroute des Pingouins » (Penguin Highway est le titre original du film) ou de la démarche d’investigation scientifique très rigoureuse du jeune garçon.

Les tenants et aboutissants de la présence des pingouins puis dans un second temps de l’étrange maladie qui affaiblit l’assistante (elle est submergée par des Jabberwocks– clin d’œil à la créature monstrueuse créée par le père d’Alice aux pays des merveilles) ne seront pas élucidés mais ce mélange de science et d’absurde -que n’aurait pas renié le romancier et mathématicien Lewis Carroll– enchante du début à la fin cette fuite en avant qui le temps d’un été condense les aspirations et les renoncements d’un petit chercheur en devenir, amoureux malgré lui.

Dans l’univers souvent très formaté des animé, un premier film au scenario ultra original et à la maîtrise visuelle indéniable; la bataille finale et le village maritime -mélange de pueblo blanco andalou et de dédales eschériens – sont époustouflants.

Date de sortie : 14 août 2019 (1h 48min)
De Hiroyasu Ishida
Avec Kana Kita, Yû Aoi, Hidetoshi Nishijima…
Genre : Animation
Nationalité : japonais

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.