Colette, Wash Westmoreland, 16 janvier

Avec Colette, Wash Westmoreland ne se contente pas de reconstituer avec faste et minutie une époque riche en révolutions (scientifiques et techniques mais aussi sociales). Si le réalisateur a choisi de s’attarder sur l’éclosion de la persona et de l’auteur Colette, jeune provinciale qui préférait les promenades en pleine nature aux divertissements des salons, Wash Westmoreland traite l’émancipation de son héroïne à travers une radioscopie de couple, celui qu’elle formait avec Willy, figure mondaine et trouble des nuits parisiennes. Qu’elle merveilleuse idée d’avoir choisi l’acteur britannique d’origine irlandaise Dominic West (qui avait déjà démontré toute l’étendue de sa palette d’acteur dans la série culte The Wire) pour incarner le premier mari de Colette. Sa force, son charisme presque bestial, et son côté canaille servent à merveille ce nouveau personnage dans sa filmographie, un défi remporté haut la main quand on sait à quel point les fans de Colette vouent Willy aux gémonies.

Oui, Willy, employeur de nègres sous-payés, a abusé de son autorité pour usurper le succès qui aurait dû immédiatement revenir à sa jeune épouse, seule vraie auteure de la série des Claudine. Oui, Willy trompait Colette et en plus, se montrait d’une jalousie maladive à son égard, lui interdisant de s’encanailler comme il le faisait avec des demi-mondaines ou de très jeunes filles. Mais Wash Westmoreland choisit de nuancer le portrait de cet homme, fils d’un ingénieur-militaire, touche à tout hyperactif, esthète qui bien qu’il méprisait la vulgarité en fit son fond de commerce, un homme paradoxal, perpétuellement endetté mais doté d’un incroyable flair pour créer avant l’heure un merchandising autour de productions littéraires novatrices… Si Colette a écrit les livres mettant en scène son alter-égo d’abord cruche puis libertine, Claudine, c’est Willy qui a transformé la série en phénomène éditorial et social.

Colette-Claudine (Keira Knightley), Willy et Polaire, qui incarne Claudine au théâtre.

Le film fonctionne à merveille parce que l’alchimie entre Dominic West et Keira Knightley est palpable : aussi complexe qu’ait pu être ce mariage, on y croit. En faisant de Willy un pygmalion somme toute amoureux de son égérie, et de Colette, une femme pas si victime que ça (sa facilité à s’émanciper à travers de nouvelles conquêtes révèle aussi une nature très opportuniste), Wash Westmoreland s’éloigne peut-être de la réalité historique (mais comment savoir vraiment ce qui se passe au sein d’un couple ?) mais transforme aussi un biopic aux enjeux scénaristiques banals en une passionnante étude psychologique.

Date de sortie : 16 janvier 2019 (1h52min)
De Wash Westmoreland
Avec Keira Knightley, Dominic West, Eleanor Tomlinson…
Genres : Drame, Biopic
Nationalités : américain, britannique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.