Cigarettes et chocolat chaud, en DVD, Blu-Ray et VOD le 18 avril

Soit un petit gros asthmatique et une lycéenne militante. Une manifestation et un slogan anti-Devaquet les réunit. Leur amour grandit avec les tubes de David Bowie en bande-son. Deux petites filles espiègles naissent de cette union hors-norme mais harmonieuse. Puis, c’est le drame, la jeune mère engagée décède et l’ancien étudiant rêveur est devenu un gros nounours débordant d’amour mais inconsolable. Tel est le décor planté par la réalisatrice Sophie Reine pour son premier long-métrage, une comédie familiale touchante avec d’excellents acteurs.

Gustave Kervern incarne à merveille Denis Patar, ce papa-poule qui cumule les petits jobs pour assurer la survie de sa tribu. Si son épouse est décédée, elle n’en demeure pas moins un membre à part entière de la famille envers qui, tous les membres, du plus petit au plus âgé, se tournent pour retrouver foi dans les moments difficiles.

Réflexion intelligente sur le deuil – doit-on absolument tourner la page et ne plus songer aux disparus comme le rythme effréné du quotidien nous y oblige parfois ?- Cigarettes et chocolat chaud tisse une trame intergénérationnelle pour articuler ses différents enjeux scénaristiques.

L’aînée des deux enfants, Janis, impopulaire à cause de ses tocs deviendra-t-elle une fille comme les autres ? Denis parviendra-t-il à payer toutes ses factures et sortir « avec des filles de plus de 14 ans » ? Mercredi, la cadette, baptisée ainsi parce que Bowie est né un mercredi, arrêtera-t-elle le catch pour se consacrer à un sport plus féminin ? Et surtout, la famille restera-t-elle unie depuis le signalement fait aux services sociaux ?

Les effets comiques sont bien entendu induits par le décalage permanent entre la folie douce des Patar et les injonctions normatives énoncées par l’animatrice du stage de responsabilisation parentale auquel Denis doit s’inscrire.  Le personnage joué par Camille Cottin (très irritante) va tomber amoureux de cet ancien baba-cool, c’est cousu de fil blanc et c’est peut-être le seul vrai défaut d’un film habillé de belles couleurs chaudes et animé d’une certaine grâce.

Et irradiant l’intrigue principale, plusieurs questions posées par Sophie Reine qui réalise là un hommage à ses propres parents soixante-huitards. Quel est le prix de la normalité sociétale ? Que faire aujourd’hui de l’héritage de Mai 68, parfois un peu pesant, mais riche de valeurs de solidarité, de liberté et d’égalité ? Un film plein de douceur qui fait chaud au cœur.

Date de sortie : 14 décembre 2016 (1h 38min)
De Sophie Reine
Avec Gustave Kervern, Camille Cottin, Héloïse Dugas…
Genre : Comédie
Nationalité : français

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.