Born to be Blue, Robert Budreau, 11 janvier

Biopic conventionnel sans grand intérêt, Born to be Blue, le long-métrage tant attendu du canadien Robert Budreau, déçoit malgré la performance d’Ethan Hawke dans le rôle du trompettiste Chet Baker. Utilisation non-stop de filtres pour donner un côté jazzy au film (filtre bleu), ancien (filtre sepia qui tire sur le jaune pisseux), recours au noir et blanc pour des mises en abyme superfétatoires (Chet et sa compagne jouent dans un film qui met en scène leur propre vie mais n’apporte aucune compréhension supplémentaire des personnages), longs plans séquence à la gloire de Chet qui semblent extraits d’une pub Hugo Boss (Chet le tombeur dans un champs, Chet court vers la mer, Chet joue sur le toit du mini van de sa nana…), accumulation d’images cartes postales (ah, c’est magnifique un coucher de soleil sur la côte ouest des USA…), personnages secondaires pathétiques et unidimensionnels (compagne dévouée et sacrifiée, producteur cabotin mais quand même protecteur, jazzmen blacks jaloux et hermétiques au génie de Chet…).

Bref, on s’ennuie ferme quand on n’est pas profondément agacés par cette suite de clichés… Et, à l’exception d’une mélancolique variation autour de My Funny Valentine (par l’acteur himself), on déplore aussi l’absence de musique dans un film qui s’il traite d’un musicien, devrait mettre les compositions, interprétations et reprises jazz au premier plan.

Pour essayer de percer le mystère qui entoure la figure légendaire qu’est Chet Baker, jazzman maudit mais adulé, junkie au dernier degré mais capable d’improbables résurrections, inconstant dans ses amours et son travail mais régulier dans son art, il vaut mieux voir le magistral documentaire Let’s Get Lost réalisé par Bruce Weber. Pourtant photographe de mode, ce dernier n’a pas succombé à la tentation de transformer Chet Baker en icône de papier glacé, il nous le donne à voir dans toutes ces facettes, de drogué en manque comme d’artiste ensorceleur. Et le fait qu’il ait été tourné dans les derniers mois de vie du musicien, alors qu’il était au plus bas, le rend d’autant plus indispensable : ombre de ce qu’il avait pu être dans sa jeunesse, Chet Baker continue pourtant d’irradier l’écran, preuve que ce fantôme là -qu’on aurait tort de plaindre et de victimiser comme dans le film de Budreau- avait plus d’un tour dans son diabolique sac.

 

Date de sortie : 11 janvier 2017 (1h 37min)
De Robert Budreau
Avec Ethan Hawke, Carmen Ejogo, Callum Keith Rennie…
Genres : Drame, Musical, Biopic
Nationalités : Britannique, Canadien, Américain

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.