Carmina ! de Paco León, 27 juillet

Une grand-mère sévillane omet de déclarer la mort de son époux pour toucher la prime exceptionnelle qui accompagne le versement du salaire du défunt. A partir d’un scenario très mince, Paco León signe une comédie enjouée mais profonde autour d’une figure féminine hors-norme (interprétée par la mère du réalisateur). Une piqure d’Andalousie en intraveineuse.

carm5

Avec sa perruche sur l’épaule, sa taille XXXL et son franc-parler, Carmina crève l’écran. Comparée à Lady Gaga par une bande de jeunes fêtards, elle parvient toujours à clouer le bec à ses adversaires et dégage une énergie hors du commun. Mais, les personnages secondaires ne sont pas en reste et constituent une galerie haute en couleurs.  Le réalisateur espagnol filme un microcosme (constitué de la famille et des voisins de Carmina) qui transporte le spectateur au delà du drame initial et du ton comique pour mieux saisir la réalité sociale andalouse.

carmina

Les hommes, des machos oublieux de leurs épouses, obéissent à la madre et mangent des pipas avant des actions commandos… Les mères régentent leur famille d’une main de fer tout en accueillant dans leur salon les âmes en peine de l’immeuble. Les flics ou autres fonctionnaires de l’état ferment les yeux sur les magouilles des résidents pour avoir la paix. A quelques mètres du mort vont se succéder une masseuse qui fume pétard sur pétard, une mère d’handicapé, une sainte-nitouche qui détourne les fonds de la copropriété, des vieillards hilares…

Carm1

Paco León filme des plans fixes ultra-stylisés et des séquences vaudevillesques plus dynamiques où l’action succède à la réflexion. En alternant scènes intimistes, en intérieur, et scènes de groupe (l’attaque contre les squatters, les funérailles), généralement en extérieur, il insuffle un rythme qui offre plusieurs points de vue sur le choix -contestable et foncièrement amoral- de Carmina. Il achève de réhabiliter son héroïne à la fin du long-métrage avec une révélation émouvante qui justifie -au moins un peu- son arnaque à la prime. Le comique surgit essentiellement du jeu de Carmina, dont le visage méphistophélique est capable de se métamorphoser immédiatement en celui d’une veuve éplorée face au médecin-légiste. Au détour de dialogues savoureux, les personnages -souvent cyniques- s’humanisent et l’on découvre leurs difficultés pour faire face à une crise économique et morale qui les mène parfois à contourner la loi…

Carmina ! (Carmina y Amen ! en version originale) est en fait le 2e volet d’une saga Carmina, le premier opus, Carmina o revienta n’ayant pas bénéficié de sortie nationale française en salles. Il y aura peut-être un 3e volet…

carm4

Date de sortie : 27 juillet 2016 (1h 33min)
De Paco León…
Avec Carmina Barrios, María León, Yolanda Ramos, Estefanía de los Santos…
Genre : Comédie
Nationalité : Espagnol

Distributeur : Bodega Films.

Prix Jules Verne au Festival espagnol de Nantes (2015)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.