L’histoire du géant timide, le 24 février, de Dagur Kari

L’histoire du géant timide ou d’après le titre original, plus explicite, de Virgin Mountain, est l’histoire d’un anti-héros qui parvient, malgré sa corpulence, et ses autres supposés défauts, à se hisser au rang de héros. A 43 ans, Fúsi partage l’appartement de sa mère, qui aimerait bien le voir prendre son envol. Avec son petit ami, elle l’inscrit à des cours de danse, pas trop convaincue qu’il réussisse à séduire une femme. Pourtant, l’inespéré se produit : Fúsi rencontre Sjöfn, son opposée, extravertie, facétieuse et à l’aise socialement.

géant2

Le film s’attache moins à décrire la relation sentimentale naissante qu’à montrer la force de caractère de Fúsi. Si le géant timide se révèle, pour le spectateur, si attachant et impressionnant, c’est moins pour sa tendre balourdise que pour ses qualités morales retranscrites avec finesse et poésie. L’histoire du géant timide n’est pas un pensum, un énième film débordant de bons sentiments sur la tolérance et l’acceptation des différences. Bien au contraire, les scènes extérieures islandaises, ajoutées à une photographie -magnifique mais aux couleurs très froides– soulignent la dimension inébranlable du personnage principal.

géant5

Fúsi s’en prend plein la tête mais encaisse sans virer de cap. Parce qu’il n’a pas encore d’enfants et se lie d’amitié avec une petite fille délaissée par ses parents, on le suspecte des pires horreurs. A cause de son embonpoint, ses collègues l’affublent de quolibets alors qu’il abat le double de travail. Sa mère le traite presque en handicapé mais se trouve bien embêtée lorsque la relation avec Fúsi et Sjöfn devient plus sérieuse.

géant

Fúsi n’est pas l’histoire d’une solitude car le mérite du film est de nous faire pénétrer, sans aucun voyeurisme, dans l’univers mental du géant timide. Cette incursion en terre inconnue passe par le jeu d’acteur de Gunnar Jónsson qui fait preuve d’une incroyable subtilité dans ses mimiques et surtout ses silences plein de sens. Fúsi, qu’on veuille le croire ou non, mène une vie qui lui convient parfaitement. S’il brise un peu ses habitudes de vieux garçon après avoir rencontré Sjöfn, il ne renie pas ce qu’il est au fond de lui.

timide1

Et l’ensemble des micro-scènes – au restaurant asiatique, lors des reconstitutions de batailles avec son seul vrai ami Mörður (génial Sigurjón Kjartansson), dans sa voiture, au téléphone avec l’animateur de radio fan de hard-rock – montre la richesse de son existence. Incapable de malice mais loin d’être bête, le géant timide nous propose un autre regard sur le monde, plein d’empathie et dénué de calculs. Un film touché par la grâce, primé dans de nombreux festivals (Arras Film Festival, Festival International du Caire, Tribeca Film Festival…)

Date de sortie : 24 février 2016 (1h 34min)
De Dagur Kari
Avec Gunnar Jónsson, Sigurður Skúlason, Sigurður Karlsson…
Genre : Drame
Nationalités : Islandais, Danois

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.