Je suis mort mais j’ai des amis, Guillaume & Stéphane Malandrin, 22 juillet

Pour les frères Malandrin, « cette façon de croire qu’à 40 ou 50 ans, on peut vivre comme à 17, continuer à être un rocker, un punk, avec ces valeurs là, qui sont des valeurs très fortes, très exigeantes – [c’est] pire que chez les Cisterciens ! » Il fallait donc un film 100% rock’n’roll, complètement barré, peut-être bien le plus drôle de l’année, pour rendre hommage à ces jusqu’au-boutistes de la scène.

Les amis du punk mort, ce sont Yvan (Bouli Lanners émouvant en vieil ours mal-léché), Wim (Wim Willaert, étonnant de douceur et de poésie), Pierre (Serge Raboukine, le dos déglingué mais la mèche rebelle) et un petit jeunot, Nicolas (Eddy Leduc, parfait en serial-dragueur). Le type mort, c’est Jipé, interprété par l’acteur Jacky Lambert qui a eu plusieurs groupes dans la « vraie vie » (pas celle d’Auchan heureusement!). Ça tombe bien, les réalisateurs ont eu la bonne idée de ne pas faire mourir immédiatement son personnage et le film s’ouvre sur son dernier concert en chair et en os, dans un bar belge. Il y en aura un autre, sans paroles, chez les Inuits, mais chaque chose en son temps !

Je_suis_mort_mais_j_ai_des_amis

Quand on est « rock’n’roll man! » (le leitmotiv du film), on ne s’économise pas et le duo de réalisateur ne nous épargne rien : pas même l’agonie de JP, réussissant l’exploit de transformer une mort absurde et grotesque en situation de franche rigolade. L’enterrement sera du même acabit. Quand on est « rock’n’roll man! », on s’attire des ennemis, surtout quand le frère du défunt, surnommé Florent Pagny, a fait fortune avec des hits sirupeux et s’arrange pour récupérer l’urne avec les cendres du rocker. S’ensuit une folle cavalcade, à moto, puis en avion, en train, en ski-doo et enfin à pied pour rendre un dernier hommage à JP (transporté dans de multiples récipients, pas toujours très étanches) et honorer la mythique tournée prévue aux States.

jesuismort3

Pour ne pas gâcher le plaisir, on ne racontera pas tous les épisodes d’un film truffé de rebondissements, de bons et de mauvais augures. La petite amie de JP (Lyes Salem, touchant) se révèlera assez différente des nanas draguées par le groupe et surtout très collante, Pete Best, le premier Beatles voyagera sur le même vol transatlantique que Wym avec des conséquences désastreuses pour tout le groupe…

Je_suis_mort…_5

Comédie du décalage permanent avec des dialogues gentiment moqueurs « Emmener Mireille Mathieu avec nous ? Mais, c’est pas ma faute si je ne connais pas toutes vos petites amies liégeoises! » , Je suis mort mais j’ai des amis offre à ses différents personnages une virée en enfer d’où on ressort paradoxalement grandi. La bande-son du voyage, composée de morceaux de l’excellent catalogue de Born Bad Records, comporte des classiques du genre qui rappelleront de bons souvenirs aux vieux de la vieille (Fier de ne rien faire / Euthanasie du groupe de la fin des années 1970 Les Olivensteins) et met aussi à l’honneur de nouveaux groupes comme Cheveu avec le titre Lola Langousta ! Un régal !

Je-suis-mort…_2

Date de sortie : 22 juillet 2015 (1h36min)
Réalisé par Guillaume Malandrin, Stéphane Malandrin
Avec Bouli Lanners, Wim Willaert, Lyes Salem, Eddy Leduc, Serge Riaboukine, Marie-Renée André, Jacky Lambert…
Genre : Comédie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.