Pulp, a film about life, death and supermarkets, Florian Habicht, 1ier avril

La troupe de Jarvis Cocker (aucun lien de parenté avec Joe Cocker) s’est reformée le 8 décembre 2012 pour un mega concert à Sheffield, cité industrielle, peu glamour et surtout ville natale du légendaire groupe Pulp. Le documentariste allemand Florian Habicht, fan de la première heure, suit les musiciens quelques heures avant the Big concert et part à la rencontre des habitants de Sheffield, ces Commun People, célébrés et immortalisés via le répertoire truffés de hits de Pulp…

pulp6

Comme son nom l’indique, le dernier film de Florian Habicht parle de la vie, de la mort, et des supermarchés… Trois choses essentielles dans l’existence de tout bon terrien. Ode à la personnalité lunaire mais paradoxalement très terre-à-terre de Jarvis Cocker, l’objectif du film est de saisir, dans le temps (les heures précédent le concert retrouvailles) et l’espace (Sheffield), les raisons d’un incroyable succès qui, plusieurs décennies après la fin de l’aventure planétaire de Pulp, ne se dément toujours pas.

pulp2

Crée en 1978, Pulp ne connaît véritablement le succès commercial qu’au milieu des années 1990 avec leur hit Common People. En plein milieu de la vague Brit Pop qui déferle sur l’Europe avec des groupes comme Oasis ou Blur, Pulp fait figure d’exception. Soutenu par une fan base qui les suivrait jusqu’au bout du monde, les membres du groupe ne sont pas des accros au star-system. Retournés à la vie civile, les musiciens sont justement filmés dans leur banalité quotidienne : prof de foot et entraîneur de l’équipe féminine ado locale, propriétaire du magasin de disques indés de la ville…

pulp1pic

Jarvis ne fait pas exception : certes, on le reconnaît dans la rue, mais il change lui-même le pneu de sa voiture. Très glam sur scène, Pulp n’a jamais vraiment pris la grosse tête et Jarvis incarne à la perfection un héros du quotidien, proche de ses voisins working et middle-class. Les questions de classe sont au cœur des chansons de Pulp – on se souvient d’ailleurs de l’album Different Class de 1995. Mais ces histoires d’amour impossibles ne sont jamais abordées sur un ton revendicatif, plaintif ou désabusé, bien au contraire. Dans l’univers de Pulp, on rencontre de jeunes étudiantes fortunées mais aussi des anciennes reines de beauté encombrées d’une famille nombreuse, et des types qui continuent d’aller boire au pub et faire leurs courses le samedi au supermarché.

terrypulp

A contre-courant des diktats de la mode et des valeurs capitalistes, Pulp instaure une véritable connivence et identification avec son public. Tout le monde peut se retrouver dans les chansons de Jarvis Cocker, du vendeur de journaux aux petites vieilles des maisons de retraite (chanson Help the Aged), en passant par les mères célibataires qui ont fait le voyage depuis les USA pour le concert…

pulp5

Pour comprendre l’importance du groupe pour les britanniques, le réalisateur fait alterner interviews et reprises des tubes de Pulp par les habitants de Sheffield. Poétique, sensible et émouvant, le documentaire fait doucement monter la pression jusqu’aux images finales, tournées pendant le concert. La magie opère complètement… et l’on comprend alors, en contemplant sa maestria, que Jarvis, ex-ado gringalet devenu chanteur pour séduire les filles, n’a vraiment rien de commun !

pulp_03

Date de sortie : 1 avril 2015 (1h30min)
Réalisé par Florian Habicht
Avec Jarvis Cocker, Nick Banks, Candida Doyle…
Genre : Documentaire, Musical
Nationalité : Britannique

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.